4 nov. 2010

Poème d'amour à ma ville

Un nouveau poème, que j'aime bien. Étrangement (ou peut-être pas), je l'ai écrit pendant que j'étais hors de la ville, dans une ville au sud de l'Ontario, à la frontière avec les USA. Un "vibe" très différent de ma petite capitale, mettons!

Ma ville est un village
   un village dans une ville
Un village où j'ai grandi
   une ville qui m'habite

Petite
mon village était un quartier
série de rues et de maisons familières
où je tissais mes histoires
avec l'aide de mes complices

Et puis
j'ai grandi    et mon village aussi
s'est élargi
s'est ouvert sur le monde
et mes yeux
se sont ouverts à sa beauté

Et puis
j'ai encore grandi   et j'ai appris
l'histoire de ma ville

et j'ai rêvé
que les murs pouvaient parler
me raconter
ce qu'ils avaient vu

et les arbres
et les pierres
m'ont aussi chuchoté leur histoire

histoires de labeur
de sang et de sueur

L'histoire d'un colonel britannique
ingénieur de génie
  homme sans pitié
    fondateur d'une ville
      mort dans le déshonneur

L'histoire des Canadien-français
L'histoire des Irlandais

forcés à travailler pour une pitance

L'histoire de la mort de centaines d'hommes
pour construire un canal
 qui ne servirait jamais
  à l'armée qui l'avait conçu

L'histoire d'un géant à la force légendaire
 et de sa bataille sur un pont

L'histoire des Shiners et de la terreur
  qu'ils ont semée
    dans mon village
 sans foi ni loi

Dans mon village   devenu ville
des hommes se sont battus
divisés par la langue     la religion

Dans mon village   devenu ville
des feux ont ravagé
des quartiers tout entiers

Dans mon village   devenu ville
des inscriptions sur les maisons
m'orientent
   dans les dédales du temps

Ici, un politicien a vécu
Là, un autre est mort

   et les fantômes d'un temps révolu
nous rappellent que l'histoire
   est vivante

Dans mon village   devenu ville
j'inscris ma propre histoire
mes propres repères
   mes propres repaires

Et mon histoire est bien vivante
et les lieux que j'ai hantés
  petite fille
résonnent encore des échos
de mes histoires   de mes complices

Ma ville est un village
   et j'y ai pris racine
Ma ville est une histoire
   que je découvre en marchant
Ma ville est un amour
   que je tiens à partager
Ma ville est une maîtresse
   que je ne peux pas quitter

Ma ville est une adolescente
   en pleine crise d'identité
sa poussée de croissance
  lui cause des douleurs
elle ne sait plus que faire
de ses longues extrémités

Maladroite, ma ville se cherche
   cherche à être aimée
Ma ville aimerait tellement
   être comme les grands

Mais ma ville est ce qu'elle est
  belle dans sa maladresse
Ma ville se découvre
  et s'ouvre à de nouvelles idées
Ma ville grandit     s'épanouit

Ma ville est un village
   une petite grande ville
Ma ville a une histoire
   que je veux vous conter.

2 commentaires: